Support for Young Adults

logoIn Quebec, individuals with autism spectrum disorder (ASD) have the right to be schooled and receive government support from the ages of 4 to 21. But what happens once they are considered “too old” to qualify for these services?

Helping this growing population of young adults was one of the driving forces behind the specialized Young Adult Support Program (YASP), an innovative pilot project at Ometz.

First launched in 2015, Ometz developed YASP for 18-30 year olds living with high functioning autism spectrum disorder or mild intellectual challenges often coupled with mental health issues.

“Each of these young adults falls between the gaps with regards to public services,” says Amber-Lee Shattler, a Case Manager in Mental Health Support Services who is currently leading the program. She explains this often puts a lot of pressure on the parents to ensure their children receive the proper support and find their place in the community.

The new program offers clients wraparound services, including case management, counselling and support, advocacy to assure all available public resources are accessed, and workshops to help improve independent living and social skills—as well as pursue personal and vocational life goals. There are currently 20 young adults enrolled in the program and Shattler says, a growing wait list.

“Some individuals come to us with existing diagnoses, and others shared that they often struggled with academic and social pursuits, but with no formal diagnosis,” she says. “Most communicated a need for intensive support and accompaniment, as they require help navigating in their communities.”

Shattler says that often means teaching her clients basic life skills such as creating healthy and affordable meal plans to accompanying them on simple errands, such as going to the grocery store and learning to use Montreal’s public transit system. Working one-on-one and in groups, Shattler’s clients can take courses in computer literacy and participate in a vocational assessment program. Every second week, she hosts a cooking workshop where they all work as a team to decide on the menu, cook and eat together, and as she quips, perform the final and least favorite task: the clean-up!

“Group work is so beneficial,” says Shattler, adding she’ll be hosting two more life-skills workshops in the coming weeks—one on nutrition and exercise and the other on time management. As she explains, the major objective of YASP is to support her clients by increasing connection to community, encouraging social interaction, promoting autonomy and equipping them with necessary life and coping skills.

“Our goal is movement,” she says. “To move forward in terms of their goals and independent living.”

Soutien aux jeunes adultes

logoAu Québec, les personnes de 4 à 21 ans qui sont atteintes de troubles du spectre de l’autisme ont le droit d’être scolarisées et de recevoir du soutien gouvernemental. Mais qu’arrive-t-il lorsque ces personnes sont considérées comme étant «trop âgées» pour être admissibles à ces services?

Aider cette population croissante de jeunes adultes est ce que vise le Programme de soutien spécialisé aux jeunes adultes, un projet pilote novateur de l’Agence Ometz.

D’abord lancé en 2015, le programme développé par l’Agence Ometz vise les 18 à 30 ans qui vivent avec un trouble du spectre autistique léger, ou avec des défis intellectuels légers, souvent associés à des problèmes de santé mentale.

«Chacun de ces jeunes adultes passe entre les mailles du filet des services publics», affirme Amber-Lee Shattler, directrice du programme et intervenante pour les services de soutien en santé mentale. Elle explique que les parents ressentent souvent beaucoup de stress, car ils doivent s’assurer que leur enfant reçoit le soutien approprié et qu’il/elle se fait une place au sein de la communauté.

Ce nouveau programme offre des services intensifs, incluant la gestion de cas, du counseling et du soutien, une mobilisation pour assurer l’accès à toutes les ressources publiques disponibles. Il y a aussi des ateliers qui ont pour but d’améliorer l’autonomie ainsi que les compétences sociales et aussi l’atteinte d’objectifs personnels et professionnels. 20 jeunes adultes sont actuellement inscrits au programme, et la liste d’attente est en croissance, nous dit Amber-Lee Shattler.

«Certaines des personnes qui viennent nous voir ont déjà reçu un diagnostic, mais d’autres, sans diagnostic formel, partagent combien, il leur a été difficile de poursuivre des activités universitaires et sociales», dit-elle. «La plupart expriment un besoin de soutien et d’encadrement soutenus, car ils ont besoin d’aide pour naviguer dans leurs communautés.»

Amber-Lee Shattler dit qu’il s’agit souvent d’enseigner des compétences de vie essentielles à ses clients, comme de planifier des repas sains et abordables. Il peut aussi s’agir de les accompagner pour faire des courses, pour faire l’épicerie et pour apprendre à utiliser le réseau de transports en commun de Montréal. Individuellement ou en groupe, les clients de Amber-Lee Shattler peuvent suivre des cours d’informatique et participer à un programme d’évaluation professionnelle. Toutes les deux semaines, elle organise un atelier culinaire où les participants travaillent en équipe pour décider d’un menu, cuisiner, manger et effectuer la tâche qu’ils aiment le moins : le nettoyage! plaisante-t-elle.

«Le travail en groupe est tellement bénéfique», dit Amber-Lee Shattler, ajoutant qu’elle offrira prochainement deux ateliers supplémentaires pour enseigner des compétences essentielles : la nutrition et l’exercice, et la gestion du temps. Elle explique que l’objectif principal du programme est de soutenir ses clients en leur permettant d’accroître leurs liens avec la communauté, en encourageant l’interaction sociale et l’autonomie, et en favorisant l’acquisition d’aptitudes d’adaptation et de compétences de vie nécessaires.

«Notre objectif est de progresser», dit-elle. «D’aller de l’avant au regard de leurs objectifs et de l’évolution de leur autonomie.»

On the Road to Recovery

MWMH 2016_2One in five Canadians will experience mental illness in their lifetime, and the remaining four will know someone who will. On Sunday, October 16th, Ometz staff and clients took to the downtown streets with more than 1,000 other members of the community for the 8th annual MONTREAL WALKS for Mental Health. Organized by the MONTREAL WALKS for Mental Health Foundation, the mission of this popular event is to increase public awareness about mental health and eliminate stigma and discrimination towards people living with mental illness and those who support them.

Since its launch in 2009, MONTREAL WALKS for Mental Health has grown exponentially in number of participants and funds raised. Each year, the Foundation awards grants to non-profit organizations like Ometz, that provide much needed mental health support services and promote recovery in the community.

According to Marcie Klein, Manager of Mental Health Support Services at Ometz, this focus on recovery is one of the major objectives for her unit. “Recovery does not necessarily mean a cure, but rather focuses on people recovering a meaningful life while making the most of their strengths and capacities,” says Klein, who was also one of the founding members of the MONTREAL WALKS’ organizing committee.

Ometz Chief Program Officer, Susan Karpman, who also oversees the Mental Health Department, says Ometz offers a number of services designed to help clients living with mental illness achieve their individual goals for recovery in the areas of supported independent living, day to day coping strategies, returning to employment and strategies to help them feel less isolated and more connected to community.

“When we have given our clients the foundation, skills and support to flourish on their own, we’ve achieved our objectives,” adds Karpman.

If you would like more information about the support options the Mental Health Support Services at Ometz provides, click here.

We hope to see you at next year’s walk!

En voie de rétablissement

MWMH 2016_2Au cours de sa vie, un Canadien sur cinq sera touché par la maladie mentale — et les quatre autres personnes connaîtront quelqu’un dans cette situation. Le dimanche 16 octobre, entourés de plus de 1 000 membres de la communauté, le personnel et des clients de l’Agence Ometz sont descendus dans les rues du centre-ville de Montréal pour la huitième marche annuelle pour la santé mentale. Organisé par la Fondation MONTRÉAL MARCHE pour la santé mentale, cet événement populaire a pour mission de sensibiliser le public sur les problèmes liés à la santé mentale et afin d’éliminer la stigmatisation et la discrimination envers les personnes qui en souffre et ceux qui les soutiennent.

Le nombre de participants et de fonds recueillis par MONTRÉAL MARCHE pour la santé mentale a connu une croissance exponentielle depuis son lancement en 2009. Chaque année, la Fondation accorde des subventions à des organismes à but non lucratif, comme l’Agence Ometz, qui fournissent des services indispensables de soutien en santé mentale, et qui favorisent le rétablissement des membres de la communauté.

Selon Marcie Klein, Directrice des services de soutien en santé mentale de l’Agence Ometz, l’accent mis sur le rétablissement est un des principaux objectifs de son service. «Le rétablissement ne signifie pas nécessairement la guérison. Il s’agit plutôt d’aider les gens à trouver un sens intéressant à la vie tout en mettant à profit leurs forces et de leurs capacités», explique Marcie Klein, qui fait également partie des membres fondateurs du comité d’organisation de MONTRÉAL MARCHE.

Susan Karpman, Chef de la programmation et superviseure des services de soutien en santé mentale de l’Agence Ometz, nous dit qu’un certain nombre de services sont expressément conçus pour aider les clients atteints de maladies mentales à atteindre leurs objectifs individuels de rétablissement. Nous parlons ici de vie autonome, de stratégies d’adaptation à la vie quotidienne, de retour au travail, et de moyens pratiques pour se sentir moins isolés et mieux connectés à la communauté.

«Lorsque nous avons aidé nos clients à acquérir les bases, les compétences et le soutien nécessaires pour s’épanouir, nous avons atteint nos objectifs», ajoute Susan Karpman.

Si vous souhaitez obtenir plus d’informations au sujet des options de soutien offertes par les Services en santé mentale de l’Agence Ometz, cliquez ici.

Nous espérons vous voir à la Marche l’an prochain!