Réduire la stigmatisation, accroître le rétablissement

Infolettres

Par: Sharon Bishin

En octobre dernier, Rachel et sa mère, Evelyn (noms fictifs), accompagnées de Dusty, le chien de la famille, se sont jointes à plus de 1 000 personnes pour participer à l’événement Montréal marche pour la santé mentale. Sur un parcours de deux kilomètres, cet effort vise à sensibiliser le public à la maladie mentale, et à mettre fin à la stigmatisation. Rachel et sa mère ne sont que deux des personnes derrière les statistiques affirmant qu’au Canada une personne sur cinq sera touchée par la maladie mentale au cours de sa vie.

Il y a dix ans, l’Agence Ometz faisait partie du comité d'organisation de cette marche qui a depuis connu une augmentation exponentielle quant au nombre de participants et de fonds recueillis. Chaque année, la fondation Montréal marche pour la santé mentale accorde des subventions à des organismes sans but lucratif, comme l’Agence Ometz, qui fournissent des services indispensables de soutien en santé mentale et favorisent le rétablissement dans la collectivité.

Selon Marcie Klein, directrice des services de soutien en santé mentale à l’Agence Ometz, cette priorité accordée au rétablissement est l’un des principaux objectifs de son département.

« Le rétablissement ne signifie pas nécessairement la guérison. Cette approche vise plutôt à aider les gens à s’engager à nouveau dans une vie enrichissante tout en tirant le meilleur parti de leurs forces et de leurs capacités », déclare Klein.

Selon Susan Karpman, chef de la programmation et superviseure du département de la santé mentale, l’objectif est d’aider les clients à devenir indépendants en réduisant leur isolement, en favorisant leur autonomie et en les dotant de compétences pratiques nécessaires qui leur permettent de s’adapter aux problèmes de la vie.

« Lorsque nous avons donné à nos clients les bases, les aptitudes et le soutien nécessaires pour qu’ils puissent s'épanouir par eux-mêmes, nous avons atteint nos objectifs », ajoute Karpman.

Ce processus n'est pas toujours rapide, et la charge de travail de 200 clients par année ne semble pas vouloir s’estomper de sitôt pour le département. L'équipe professionnelle, composée de travailleurs sociaux, de formateurs pour adultes et d’éducateurs spécialisés, traite de divers problèmes et défis auxquels doivent faire face les personnes atteintes de maladies mentales graves, comme la schizophrénie, le trouble bipolaire, la dépression et le trouble anxieux. Beaucoup d’entre elles vivent bien en deçà du seuil de la pauvreté et passent à travers les mailles du système de santé publique surchargé de Montréal.

Rachel, la marcheuse mentionnée plus haut, en est un parfait exemple. Atteinte de schizophrénie, cette femme de 45 ans éprouvait de la difficulté à gérer ses affaires quotidiennes, notamment, établir et respecter un budget, garder son appartement propre et gérer sa lessive. Par ailleurs, même si elle souhaitait vivre indépendamment dans son propre espace, elle se sentait très isolée et coupée de la communauté. Ses rencontres avec son psychiatre étaient peu fréquentes et se concentraient uniquement sur le renouvellement de ses médicaments. La simple tâche de subvenir à son existence la submergeait de plus en plus. Référée à l’Agence Ometz par son médecin, elle a créé une relation avec une intervenante, et ensemble elles ont élaboré un plan pour l’aider à renouer des liens avec sa famille, demander et accéder aux soins de santé et services communautaires disponibles, et pour l'aider à organiser ses tâches quotidiennes.

« Nous doutions sérieusement que Rachel puisse continuer à vivre seule et nous étions désespérés en voyant son anxiété augmenter chaque mois », explique sa mère, Evelyn. « Mais dès que l’Agence Ometz s'est impliquée, la perspective de Rachel s’est transformée et sa qualité de vie s'est énormément améliorée. Nous sommes tellement reconnaissants. »

L’équipe de santé mentale de l’Agence Ometz concentre aussi ses efforts sur le soutien aux jeunes adultes atteints de problèmes intellectuels légers ou du trouble du spectre autistique de haut niveau. L’Agence offre des services et des programmes intensifs axés sur l’acquisition de l’autonomie et d’aptitudes sociales, explorant des options allant de l’éducation à l’emploi.

Au-delà du succès et du soulagement évidents offerts aux personnes concernées et à leurs proches, ces efforts sont aussi une contribution importante pour contrer les attitudes de stigmatisation envers la santé mentale. Il va sans dire que la sensibilisation du public par les célébrités, qui sont de plus en plus nombreuses à parler publiquement de leurs problèmes de santé mentale, ainsi que les campagnes, comme « Cause pour la cause », mise de l’avant par Bell, contribuent à normaliser le sujet. Tout aussi important, pendant que chaque client suit son parcours de rétablissement, c’est l’occasion pour tous ceux qu’il rencontre de changer leur compréhension des capacités, du potentiel et de la diversité de ceux qui vivent avec une maladie mentale … Bref, de comprendre, d’accepter et d’apprécier

La 10e édition de MONTRÉAL MARCHE, aura lieu le dimanche 14 octobre, Place Émilie-Gamelin (près du métro Berri-UQAM). Les inscriptions débuteront à 10h, et la marche commencera à 11h. L'inscription est gratuite et peut aussi se faire ici.

Pour obtenir plus d’informations sur les options d’aide offertes par les services communautaires de soutien en santé mentale de l’Agence Ometz, appelez le (514) 342-0000, poste 3412.

Sharon Bishin est formatrice en entreprise et en développement de l’employabilité à l’Agence Ometz depuis neuf ans.

Relations médias

[email protected]

Agence Ometz
1, carré Cummings,
5151 chemin de la Côte-Sainte-Catherine
Montréal, Québec H3W 1M6

Articles similaires

Recherchez plus de nouvelles

Partager
Share

Top